ET SI… (Les mondes parallele de la F1) : Le concept

Publié: 30 juillet 2012 dans Et si... les Histoires
Tags:

Pour commencer, je vous explique le concept : Largement inspiré d’un concept crée par Marvel dans les années 70, et dont j’etais super fan etant ado (car j’ai déjà été ado et avec des cheveux… si si !).

Mon Ami Wikipedia expliquera le concept mieux que moi ==>

« What if? est une série de comics créée en février 1977 par l’éditeur de super-héros Marvel Comics. C’est une uchronie par rapport aux événements de la Terre-616. Par exemple, le titre du premier épisode peut se traduire par : « Et si… Spider-Man avait rejoint les Quatre Fantastiques ? »

Le principe de la série consiste à revenir dans chaque épisode sur un moment clé des aventures d’un ou plusieurs personnages de l’univers Marvel, au cours duquel ils ont dû faire un choix crucial, et de montrer ce qui se serait produit s’ils avaient choisi une autre voie.

Les What if? ont rarement une conclusion heureuse et se finissent généralement de façon bien pire que dans la continuité des comics : soit le héros meurt, soit il est corrompu, etc. Néanmoins, le thème n’est pas toujours sombre, et il y a quelques fins positives à l’occasion. »

Voilà, vous connaissez le concept.

Petit ajout :

Dernierement, 2 personnes m’ont parlés d’une BD ayant le meme concept : Le Jour J

Jour J est une série de bande dessinée se basant sur le principe de l’uchronie, écrite par Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard. Chaque tome est indépendant et illustré par un dessinateur différent.

L’uchronie est une évocation imaginaire dans le temps. « Uchronie » est un néologisme du XIXe siècle fondé sur le modèle d’utopie, avec un « u », négatif et « chronos » (temps) : étymologiquement, le mot désigne donc un « non-temps », un temps qui n’existe pas.

En littérature, c’est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. On utilise également l’expression « histoire alternative » (alternate history) ou histoire contrefactuelle. Lorsqu’elle est associée à des moyens techniques qui permettent de remonter dans le temps et donc de modifier le passé, l’uchronie est directement associée au genre de la science-fiction.

L’auteur d’une uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles. À partir d’un événement modifié, l’auteur crée un effet domino (terme anglo-saxon couramment utilisé : effet papillon) qui influe sur le cours de l’Histoire. Cette volonté de changer le cours de l’histoire pour imaginer ce qu’elle aurait pu être rappelle la phrase de Blaise Pascal : « Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé » (Pensées, 90).

Régis Messac, dans sa revue des Primaires donne, en 1936, de l’uchronie cette définition : « Terre inconnue, située à côté ou en dehors du temps, découverte par le philosophe Renouvier, et où sont relégués, comme des vieilles lunes, les événements qui auraient pu arriver, mais ne sont pas arrivés »1.

 

Helder M

Publicités
commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s